top of page
Rechercher

Chanter ensemble pour l’inclusion sociale: le parcours de plus de 10 ans du "Fayha Choir", Liban


Fayha Choir

Quelques chiffres sur la population du Liban

Selon les données de la Banque mondiale, la population du Liban à la mi-2020 est estimée à 6 825 442 habitants. Ce chiffre comprend plus de 479 537 réfugiés palestiniens enregistrés auprès de l'UNRWA, et 1,5 million de réfugiés syriens selon le gouvernement libanais (seulement 865 500 enregistrés auprès de l’UNHCR (Agence de l’ONU pour l’assistance aux réfugiés palestiniens au Proche-Orient). Ces chiffres montrent que selon l'UE (Union Européenne), le Liban a le taux de réfugiés le plus élevé au monde.

Le pays est également connu comme une zone multiculturelle, puisqu'il compte 18 obédiences de religions différentes.

La réunion de toutes ces cultures sur un même territoire peut être très enrichissante sur le plan culturel, mais aussi très difficile en termes de cohésion sociale.


Le "Fayha Choir" comme entité pour représenter le Liban, tout le Liban

"C'est un échantillon du Liban, disait Jacques Vanherle (ancien président de Polyfollia International) rassemblant des jeunes de toutes les appartenances sociales, religieuses, géographiques... du pays". Le chœur a été créé en 2003 à Tripoli, dans l'une des régions les plus pauvres de la Méditerranée, avec un passé de guerre civile et de conflits internes. Le chœur s'est développé en deux autres branches dans le pays et une en Egypte, et est devenu le premier chœur arabe au monde qui représente la musique arabe a capella avec des arrangements polyphoniques.

Après avoir fait le tour du monde et remporté des prix internationaux, le Fayha Choir est devenu pour les Libanais la meilleure image du pays, car il représente toute la population et montre l'humanité du Liban et de ses habitants. C'est quelque chose de vraiment positif dans la mesure où les mauvaises nouvelles de cette région semblent alimenter de plus en plus les journaux.

 

Le chant collectif comme outil d’inclusion sociale

Selon le projet Sing Me In, "le chant collectif est un acte social: il s'agit de chanter ensemble. Et chanter ensemble peut créer un lien émotionnel fort et joyeux, même entre des personnes ayant des modes de vie très différents".

Tout a commencé après le conflit de 2007 entre le Fatah al-Islam, (organisation militante islamiste), et les forces armées libanaises en 2007 à Nahr El Bared, un camp de réfugiés palestiniens de l'UNRWA (Office de secours et de Travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient) près de Tripoli au nord du Liban, lorsque le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement) a contacté le Fayha Choir pour proposer le projet "Lebanese Palestinian Choir" ("Chœur Palestinien Libanais"). Ce projet visait à reconstruire des relations pacifiques entre les Palestiniens revenant dans le camp après sa reconstruction, et la communauté libanaise de 5 villages entourant le camp.

Bien que le projet n'ait duré que deux ans, les résultats ont été surprenants en termes d'évolution individuelle et collective du groupe. "Le chœur libano-palestinien a été le point de départ d’un virage de ma vie à 180 degrés", déclare Mubadda Yunes, une chanteuse palestinienne faisant partie du chœur à l'époque et toujours membre du Fayha Choir aujourd'hui, comme beaucoup d'autres personnes qui ont commencé dans ce projet puis ont continué à être membres du Fayha Choir.

À la même époque, nous avons reçu une proposition du bureau régional de l'UNESCO à Beyrouth pour créer un chœur d'enfants composé d'élèves d'écoles publiques et d’enfants de camps palestiniens au Liban. Plus de 10 000 enfants y ont participé, et certains d'entre eux chantent aujourd'hui encore au sein du Fayha Choir.

Nadia a rejoint la chorale de l'UNESCO à l'âge de 19 ans. Aujourd'hui elle en a 29, et chante toujours au sein du Fayha Choir. Nadia déclare: "Rejoindre la chorale de l'UNESCO a changé ma vie et a fait de moi la personne que je suis aujourd'hui. D'une enfant réfugiée ayant beaucoup lutté, je suis devenue une citoyenne efficace au sein de sa communauté, qui grâce au chœur a acquis toutes ses compétences de vie et de travail ".

Ces projets ont été couronnés de succès, et ont donné lieu à de grandes réalisations non seulement sur le plan musical mais aussi sur le plan social et psychologique. Pour la première fois de leur vie, des jeunes et des enfants ont interprété leurs chansons arabes sur les plus grandes scènes du pays. Pour la majorité d'entre eux, c'était un rêve qui ne se serait jamais réalisé sans le chœur.

Le Fayha Choir a continué à créer des chœurs dans tout le pays avec des organismes locaux et internationaux tels que "War Child Holland", Norwegian Refugee Council, Beit Atfal Assoumoud, SOS Children’s Villages, GIZ – German Cooperation, European Union et bien d'autres...


Children of Syria

Plus tard, en 2015, les organisations internationales ont commencé à se concentrer sur les réfugiés syriens au Liban, et de nombreuses nouvelles associations se sont créées dans le pays, ciblant les jeunes et les enfants syriens dans les camps du pays.

Selon l’UNHCR (Haut Commissariat des Nations unies pour les Réfugiés), "le nombre total de réfugiés syriens enregistrés dans la région de la Bekaa au Liban s’élevait à 339 473 individus. La Bekaa accueille le plus grand nombre de réfugiés enregistrés dans le pays, soit 38,6% du total".

Dans cette région, le Fayha Choir a lancé deux chorales pour les enfants de différents camps de réfugiés syriens: "Sonbola Choir" avec plus de 500 chanteurs travaillant ensemble de 2014 à 2019, et "Children of Syria Choir" avec plus de 300 chanteurs depuis 2014.

Jihan, du "Sonbola Choir", avait 12 ans lorsqu'elle a déclaré: "La répétition de la chorale est le seul endroit qui me rappelle mon enfance dans les rues de Syrie. Et quand je reviens de la répétition, le seul moyen pour arrêter d'entendre le bruit des bombes dans ma tête, c'est de chanter ce que nous avons appris à la chorale".

De plus, au cours de notre projet avec Sonbola, dans le cadre du projet "Create Syria", nous avons donné une formation à 10 réfugiés syriens jeunes et adultes travaillant dans différentes associations, sur la direction de chœur d'enfants afin de les aider à établir leurs propres groupes dans les différentes zones cibles.

Un des principaux effets que nous avons remarquées chez ces enfants est leur différence de comportement envers les autres. Lorsque nous les avons rencontrés pour la première fois, ils étaient très chaotiques, violents, agressifs, et ne portaient aucun intérêt à leur apparence physique. Pendant les pauses ils se battaient tout le temps, jetaient des déchets partout dans le local et se harcelaient les uns les autres... Très vite après le début des répétitions, nous avons pu constater les progrès réalisés : ils ont arrêté de se battre et de crier tout le temps, ils ont joué ensemble, ils ont nettoyé le local avant de partir, ils ont même pris des douches avant de venir aux répétitions et ont mis de beaux vêtements.


Nagham Choir, Lebanon

Nagham Choir est également l'un des projets sociaux du Fayha Choir. Il s'agit d'un projet visant à rassembler des jeunes de deux zones de Tripoli historiquement en conflit politique et religieux.

Pour certains de ces projets, le Fayha Choir a remporté le prix IMC Music Rights Award 2015.

Le Fayha Choir a plusieurs projets similaires que vous pouvez retrouver sur son site web, en plus de partenariats pour des projets de coopération internationale pour les réfugiés tel que “Sing Me In”. Vous pouvez également retrouver des documentaires sur ces projets sur notre chaîne YouTube.

 


War Child Choir

 

Barkev Taslakian est un chef de chœur libanais né en 1964 à Anjar, Bekaa. Il est le fondateur, le directeur artistique et le chef du plus célèbre chœur arabe au monde: le Fayha Choir, créé en 2003 (lauréat de nombreux concours internationaux). Taslakian est mondialement considéré comme le parrain de la musique chorale arabe. Il a été le premier à promouvoir le chant polyphonique a capella en arabe, et a créé la première école de chant choral au monde interprétant la musique arabe avec de nouveaux arrangements.

Il est membre de nombreuses associations nationales et internationales de musique et de chant choral telles que: la Fédération Internationale pour la Musique Chorale, l'European Choral Association (Association Chorale Européenne), l'Arab Choral Network (Réseau Choral Arabe) (membre fondateur), la Lebanese Choral Association (Association Chorale Libanaise) (fondateur et président). Il a également fondé de nombreuses chorales à travers le Liban comme projets de soutien psychosocial et de cohésion sociale pour les enfants, les jeunes, les réfugiés... et a pour cela remporté le "Five Musical Rights Award" (Trophée des Cinq Droits Musicaux) du Conseil International de la Musique.

 

Traduit de l'anglais par Charline Bompart, relu par Jean Payon.

0 vue0 commentaire

Comentários


bottom of page