top of page
Rechercher

Musique américaine du début du XVIIème siècle: le Cancionero de Gaspar Fernández

Dernière mise à jour : 13 juil.

Le Cancionero de Gaspar Fernández est une compilation qui rassemble environ 300 œuvres polyphoniques du début du XVIIème siècle. Il est actuellement conservé dans les Archives historiques de l'archidiocèse d'Antequera-Oaxaca, mais a été rédigé à Puebla par Gaspar Fernández pour la cathédrale de Puebla.


Les compositions conservées dans le Cancionero de Fernández, ainsi que d’autres dans les livres de polyphonie des cathédrales de Guatemala (ville) et de Puebla, sont encore plus pertinentes avec des découvertes récentes qui corrigent sa biographie. Contrairement à l'hypothèse erronée selon laquelle il se serait agi d'un musicien portugais actif à Évora à la fin du XVIème siècle qui aurait ensuite émigré vers le Nouveau Monde, nous savons aujourd’hui que le compositeur Gaspar Fernández est né et a effectué ses études sur le continent américain. Ses références sonores n’étaient donc pas européennes, mais celles du milieu local.


Le Portugais Gaspar Fernandez (avec un "z" et sans accent, modernisé aujourd’hui en "Fernandes") a bien existé, mais n’a aucun rapport avec notre compositeur. En 1590, il était le musicien bénéficiant du plus de privilèges et du salaire le plus élevé de la cathédrale d'Évora. Nous savons qu'il a obtenu le diplôme de licence ès arts de l'Université d'Évora le 13 mars 1594, et qu'il travaillait encore à la cathédrale d'Évora en 1599.

Au même moment, mais de l'autre côté de l'Atlantique, le jeune Gaspar Fernández enseignait aux enfants depuis fin 1595 alors qu'il travaillait à la cathédrale de Guatemala (ville). Il n'était alors qu'un clerc, le plus bas des ordres ecclésiastiques que pouvait acquérir un garçon se destinant à poursuivre une carrière religieuse. En 1597, il obtint le grade de sous-diacre; et en 1598, comme diacre, il entra au Séminaire Collège de l'Assomption récemment fondé, créé expressément pour la formation ecclésiastique des fils des colons provinciaux du Guatemala. Selon les dossiers du Collège, il aurait eu environ 25 ans au moment de son admission. Là, il reçut des cours de musique auprès d'Andrés López Pellejeros, originaire de la ville de Guatemala, qui était alors maître de chapelle de la cathédrale. Il commença à travailler comme chantre et contrebassiste en 1601. Au début de 1603, il fut nommé recteur du Collège et, le 8 mai de la même année, maître de chapelle de la cathédrale de Guatemala. De cette position prééminente, la nouvelle de ses mérites serait parvenue au chapitre de la cathédrale de Puebla. Le jour de l'Assomption 1603, un édit fut affiché sur la porte de la cathédrale de Guatemala appelant à des candidats pour le poste d'organiste de la cathédrale de Puebla; Fernández décida de postuler. Il aurait envoyé ses documents d'inscription aux examens à Puebla vers le dernier trimestre de 1603 ou le premier trimestre de 1604. Finalement, il retira sa candidature et ne se présenta pas au concours. Cependant, les références à ses aptitudes musicales ont dû être prises en compte par la mairie de Puebla, car au milieu de l'année 1606 on lui proposa le poste de maître de chapelle, avec un salaire alléchant: plus du double de celui de la cathédrale de Guatemala. Gaspar Fernández accepta. Son enseignement à la cathédrale de Guatemala prit fin le 5 juillet 1606. Il partit pour Puebla le 12 août 1606, et fut reçu comme maître de chapelle de la cathédrale de la ville le 19 septembre. Quelques jours plus tard, il fut également nommé pour remplacer l'organiste. À l'exception d'une tentative infructueuse au début de 1612 de retourner enseigner dans la chapelle de Guatemala et d'un bref licenciement temporaire au milieu de 1618, Gaspar Fernández resta à son poste à Puebla jusqu'à sa mort peu avant le 18 septembre 1629. Au cours de ces 23 années passées à Puebla, il était chargé de la composition et de la direction de la musique polyphonique pour les principales célébrations de la cathédrale, ainsi que de l'enseignement de la musique au chœur. De plus, il accompagnait à l'orgue le plain-chant lors de petites festivités.

Fernández développe une profession parallèle en tant que copiste de livres de polyphonie. Entre 1602 et 1606, il écrit au moins quatre livres de polyphonie pour la cathédrale de Guatemala, et au moins quatre autres pour celle de Puebla entre 1616 et 1619. Grâce au double rôle de Gaspar Fernández, en tant que maître de chapelle et copiste professionnel de la musique, le plus ancien répertoire liturgique et musical des cathédrales de Guatemala et de Puebla peut désormais être reconnu. Mais l'aspect le plus important de l'union de ces deux compétences est sans aucun doute la création de ce que désormais on appelle le Cancionero de Gaspar Fernández, qui conserve nombre de ses propres compositions musicales basées sur des textes poétiques. Contrairement à la plupart des sources musicales de l'époque, cet épais volume relié n'était pas un document à l'usage des interprètes, mais un cahier de travail du compositeur, dans lequel il rassembla lui-même ses œuvres détaillées entre 1609 et 1616. Il contient des brouillons et des notes personnelles, rédigés avec un peu plus de soin que ce qui est nécessaire pour que l'écrivain comprenne ses propres annotations. Pour cette raison, il est difficile d’établir avec certitude le nombre de compositions qu’il contient. Il y a des pièces avec des textes littéraires incomplets, ou carrément sans texte. Il y a des fragments de musique et de poésie qui auraient clairement fait partie d’une œuvre qui n’a pas été copiée dans son intégralité, etc. Après un examen interdisciplinaire, Margit Frenk et Omar Morales Abril estiment que le Cancionero de Gaspar Fernández contient 297 morceaux de musique. Parmi ceux-ci, 11 n’ont pas de texte, 14 correspondent à des textes liturgiques en latin et 272 ont été écrits sur de la poésie dans des langues vernaculaires, principalement le castillan, mais aussi des langues littéraires qui imitent des groupes culturels subalternes, identifiés comme "indiens" ou "indiens et multiraciaux", "guinéen" ou "noir", "vizcayen", "portugais", etc. Il existe trois poèmes qui ont deux versions musicales et un qui a été divisé en deux, pour deux compositions. Plusieurs dizaines de textes littéraires mis en musique par Gaspar Fernández correspondent à des textes publiés en Espagne, au Portugal et en Nouvelle-Espagne par de grands poètes, précisément à l'époque où il écrivit son Cancionero. Parmi ces textes il y en a trois de Juan de Luque (publiés dans son Auto tercero del Sacramento, 1608), un de Luis de Góngora (No son todos ruiseñores, 1609), un de Fernán González de Eslava (Coloquios espirituales y sacramentales, 1610), quinze de Lope de Vega (Pastores de Belén, 1612), quatorze d'Alonso de Ledesma (Conceptos espirituales, 3e partie, 1612), neuf de José de Valdivielso (Romancero espiritual, 1612 ; Fénix de amor, 1622), deux de Gaspar de los Reyes (Tesoro de conceptos divinos, 1613), dix-neuf d'Alonso de Bonilla (Peregrinos pensamientos, 1614), ainsi que plusieurs poèmes anonymes trouvés dans des manuscrits espagnols de la fin du XVIème et du début du XVIIème siècle.


Musicologue et directeur musical guatémaltèque, Omar Morales Abril est titulaire d'un doctorat en musicologie de l'Université nationale autonome du Mexique (UNAM) et est chercheur à temps plein au Centre national Carlos Chavez de recherche, de documentation et d'information musicale (CENIDIM) de l'Institut national des beaux-arts et de la littérature de Mexico City. Il a reçu le Prix de Musicologie Casa de las Américas en 2022. Il est le fondateur et directeur de l'Ensamble Prosodia, un ensemble dédié à la restauration et à la diffusion du patrimoine historique et musical ibéro-américain du XVIème au XVIIIème siècle. Il a réalisé des projets de recherche historique, de catalogage, de transcription paléographique et d'analyse de la musique du XVIème au XVIIIème siècle provenant des cathédrales de Guatemala, Oaxaca, Puebla et Mexico, ainsi que du couvent de la Sainte Trinité de Puebla. Il est l'auteur de plusieurs articles et chapitres de livres publiés au Guatemala, au Mexique, en Espagne, au Portugal et en Allemagne, ainsi que du livre Los villancicos de Tomás de Torrejón y Velasco. Étude et transcription (2005), ainsi que co-auteur des livres Humour, pericia y devoción: Villancicos en la Nueva España (2013) et Colección Sánchez Garza. Étude documentaire et catalogue d'une collection musicale novo-hispanique (2018). Il a écrit des notes pour des programmes de concerts et des enregistrements d'ensembles et de musiciens internationaux, tels que Ars Longa de la Habana, le Coro Barroco de Andalucía, The Hilliard Ensemble, l'Ensemble La Chimera, le groupe portugais Sete Lágrimas et le luthiste et joueur de vihuela italien Massimo Marchese.

 

Traduit de l'anglais par Barbara Pissane, relu par Jean Payon

3 vues0 commentaire

Comments


bottom of page